formation
paysagiste
concepteur

dep

présentation

Le second cycle développe les pratiques du projet de paysage en intégrant davantage la complexité des espaces sur lesquels les paysagistes réfléchissent. Le cycle DEP comprend deux années de cours à l’école et une année de diplôme particulière.

En troisième année, l’échelle urbaine devient le sujet. L’ensemble des enseignements concourent à sa définition, sa perception, sa connaissance: histoire des villes et de la représentation urbaine, géographie urbaine, droit de l’urbanisme, histoire politique du paysage, écologie urbaine. La démarche de projet de paysage s’appuie sur les apports de l’ingénierie afin de construire des réponses ouvertes à l’évolution technique : hydrologie urbaine, maîtrise d’œuvre, lumière et acoustique, ingénierie écologique, résistance des matériaux, stratégie d’utilisation des végétaux en milieu urbain. La formation des élèves s’élargit vers une prospective des milieux urbains, pour dessiner l’horizon futur des cités à venir.

En quatrième année, les élèves œuvrent pour le grand paysage, la pensée territoriale, les régions de vie. Ce dernier changement d’échelle, qui entraine les élèves vers de plus vastes espaces, encourage un nouveau saut dans le temps. En traçant les trajectoires longues des paysages que nous connaissons, nous ouvrons les vastes champs de l’imagination et de la prospective tout en intégrant les grands défis auxquels nos sociétés sont confrontés : le changement climatique, la descente énergétique, la délocalisation de l’alimentation, les nouvelles pratiques de mobilité, l’érosion des sols et la dégradation rapide de la biodiversité. Là encore, les enseignements soutiennent la démarche de projet de paysage : histoire culturelle du paysage, géographie rurale, politiques territoriales, droit de l’environnement, écologie du paysage, projet de territoire, hydrologie fluviale, stratégies végétales, agronomie.

Les outils se diversifient encore, en infographie, en CAO/DAO, en SIG, en communication orale, en anglais. Enfin, l’enseignement de la représentation reste au cœur du processus créatif.

Les élèves réalisent plusieurs stages pendant ce second cycle, autant d’expériences différenciées, à l’image de la diversité du métier de paysagiste: en amont de l’action, dans les agences de conception, dans des lieux de réalisation et de chantier, dans l’accompagnement et la médiation des projets, auprès des commanditaires… Par la diversité des possibilités (trois stages en DEP), l’élève peut également faire des détours par des expériences professionnelles qui le conforteront ou non dans ses perspectives futures.
Si les pratiques et les gestes du paysagiste sont au centre de l’apprentissage, les acteurs rencontrés et les modèles économiques et sociaux des structures de stage sont autant d’indices importants pour l’élève.

La mobilité internationale à l’école